Nouvelles de Saint-Antoine (9) – Dimanche 26 avril 2020

3ème dimanche de Pâques

Notre bon compagnon de route

Après avoir marché avec ses deux disciples, « Jésus fit semblant d’aller plus loin. » 

Le moins que l’on puisse dire est qu’il ne cherche pas à s’imposer !

Jésus préfère susciter notre liberté pour que nous l’accueillions, c’est à nous de le retenir à nos côtés :

« Reste avec nous, Seigneur, car il se fait tard… »

Ainsi en est-il dans chacune de nos maisons ou appartements actuellement : invitons-le encore et prions-le de rester, à défaut de pouvoir nous rassembler à l’église, qui est « son » lieu.

Le Christ aime rassembler les foules (sur les prés d’herbe fraîche de la multiplication des pains, par exemple), mais il ne dédaigne pas s’inviter chez ses amis, Pierre, Marthe et Marie, les disciples d’Emmaüs, tout comme chez des pharisiens ou des publicains : « Aujourd’hui il me faut demeurer chez toi », lance-t-il à Zachée. (Lc 19,5)

Avons-nous fait la démarche en esprit d’inviter et de faire entrer Jésus sous notre toit ?

Dans une situation de confinement qui commence à se faire longue, les fidèles parisiens vivent (temporairement) l’expérience des communautés chrétiennes qui n’ont plus de prêtre à disposition pour les réunir à la messe le dimanche – et elles sont, malheureusement, de plus en plus nombreuses dans nos campagnes françaises…

La vie de l’Eglise doit alors s’entretenir différemment, notamment par les initiatives de la charité (« C’est à moi que vous l’avez fait ») et par l’écoute de la Parole, où le Christ dévoile sa présence : après-coup, les deux marcheurs d’Emmaüs réalisent combien cette Parole a « enflammé » leur coeur, sceau de la divine présence…

Si nous ne pouvons bénéficier de la « fraction du pain » en ces jours (quelle hâte de la retrouver, il nous sera désormais impossible d’arriver en retard à ce repas essentiel !), nous savons du moins que nous trouvons aussi Jésus, réellement présent, dans sa Parole que nous méditons, une Parole qui devient nourriture.

Que le feu de l’Esprit Saint, inspirateur de cette Parole, nous soit donné pour l’entendre, la comprendre et nous en réjouir d’un coeur brûlant, comme les deux disciples de la première heure !

« A l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem… et ils racontaient tout ce qui s’était passé sur la route. »

Ces jours de « retraite » que nous vivons ne sont-ils pas le moment de faire mémoire de la façon dont Jésus nous a approchés au cours de notre vie ? De la façon dont il a marché à nos côtés, souvent sans même que nous nous en apercevions ? (« Leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. »)

Une relecture priante nous permet souvent de découvrir ce qui nous avait échappé sur le moment.

Ayons ce dimanche une démarche « eucharistique », c’est-à-dire fondée dans l’action de grâce. 

Remercions Dieu de sa présence indéfectible sur la route de notre vie terrestre, particulièrement quand nous-mêmes lui étions absents.

Et préparons-nous, à nous « lever » et à « retourner » bientôt à nos occupations plus habituelles, d’un coeur renouvelé par l’événement pascal, avec le désir d’annoncer ce que ce Compagnon fidèle fait pour nous.

Père Benoît Gérardin, curé

Quelques nouvelles et informations de la paroisse :

– Après une semaine hélas chargée en obsèques, nous prions pour toutes les familles en deuil, et pour celles qui luttent contre la maladie.

Rappelons que nous célébrons à Saint-Antoine 3 messes quotidiennes : il vous est possible de demander des intentions particulières en répondant à ce mail.

Nous espérons recevoir bientôt des instructions officielles sur la date de reprise possible des messes avec assemblée, sachant déjà que certaines contraintes sanitaires seront demandées pour que ces messes puissent se tenir… 

– En PJ, vous trouverez une initiative locale de soutien aux soignants, n’hésitez pas à contacter Myriam Guiomard pour tout renseignement supplémentaire : myriam.guiomard@neuf.fr

« Pour aider nos soignants et regrouper nos efforts, nous créons sur notre arrondissement, une antenne pour coudre des sur-blouses pour les hôpitaux Pompidou, St Joseph… et nous rejoignons l’association Over-the-blues qui a été créée ces dernières semaines à Versailles et bénéficier de la coordination régionale des besoins et moyens.
Chacun peut participer à son niveau, toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour:
– la production des sur-blouses
 – découpe du tissu ce qui fait gagner beaucoup de temps pour la couture
 – coudre les sur-blouses
– la coordination
 – collecte et distribution des tissus et élastiques
 – recueil et livraison des sur-blouses  
– des dons de draps en coton, d’élastiques, de bobines … »

– Enfin, plusieurs paroissiens ont aimablement posé la question de participer à la fois à la Quête en ligne et au Denier de l’Eglise : quelles proportions attribuer à ces deux dons ? (le premier étant alloué à nos besoins immédiats, le second étant défiscalisable et alloué aux frais à plus long terme). 

Nous suggérons la répartition suivante : 1/4 Quête, 3/4 Denier.

Voici les liens pour contribuer, avec nos sincères remerciement :
http://www.quete.paris.catholique.fr/https://denier.paris.catholique.fr/?etape=1&affectation=15ANT

En union de prière et d’amitié