FIP de Saint Antoine de Padoue du 29 novembre 2020

Dimanche 29 novembre
1er dimanche de l’Avent

«  L’Avent : l’attente de Dieu »

L’Avent est un temps d’espérance et d’attente, un temps où l’on guette ce qui est encore à venir. L’Église nous dit « Attention, ce qui est le principal n’appartient pas au passé, ce n’est pas derrière nous mais bien devant : cela doit encore advenir. Regardons donc devant nous et attendons. » Voilà ce que nous dit l’Église durant l’Avent : ce qui doit venir est bien plus grand encore que ce qui a été. En sommes-nous conscient ? Le croyons-nous ou sommes nous pris dans la routine voire l’agitation, ou l’inquiétude ? L’Avent que chacun va vivre offre une profonde progression spirituelle je le crois aussi intense que celle du Carême. Car nous entrons à la fois dans une nouvelle année liturgique ce qui n’est pas neutre et nous nous préparons à la venue proche de notre Sauveur. 

Comme chaque année est différente, d’autant plus celle que nous vivons avec la crise sanitaire. Ainsi, nous partagerons la joie d’être rassemblés de nouveau avec la reprise des messes.  

En entrant dans l’Avent, l’Église veut que grandisse en nous la faim de Jésus, la faim de sa venue. Elle veut que Jésus naisse de nouveau à la mesure de cette faim, de ce désir, qu’il vienne dans le cadre de l’année liturgique pendant les fêtes de la Nativité : que les grâces de la Nativité agissent dans nos cœurs, nos âmes, à la mesure de la préparation et de l’ouverture, donc à la mesure de la foi. 

S’il n’y pas d’Avent, il n’y a pas de possibilité de vivre la Nativité comme il se devrait. Si nous ne vivons pas l’Avent et si nous n’attendons pas le Christ, ne nous étonnons pas que Noël s’esquive en quelque sorte sans laisser de trace dans nos âmes. 

Soyons des veilleurs qui attendent la venue imminente de notre Sauveur, de l’Emmanuel. J’adresse à toutes et tous une belle sainte année liturgique à la suite du Christ.

Père Sébastien Naudin, curé

______

Cliquez ici pour obtenir la Feuille d’information paroissiale complète.

______

Reprise des messes

A partir de samedi 28 novembre au matin, nous pouvons reprendre les messes. Vous savez que la jauge est limitée à 30 personnes par messe  ce qui est irréalisable  à mettre en œuvre en particulier pour la messe dominicale de 11h. 

Pour les messes dominicales (samedi 18h, dimanche 9h ,11h , 18h et 19h15) je vous invite fortement à vous répartir le plus possible sur les cinq messes.  Les gestes barrières sont à respecter (masque, lavage des mains avec gel, réduire les temps de rassemblement particulièrement en sortie de messe).  

Pour les messes de semaine, elles reprennent dès samedi  matin à 10h, les horaires ne changent pas pour les autres jours (lundi 18h30, mardi au vendredi 8h30 , samedi 10h, mardi 19h, mercredi au vendredi 18h30). Les gestes barrières doivent être respectés.

Nous avons disposé les rangées de chaises une sur deux et placé une affiche sur les chaises à ne pas utiliser afin de respecter la distance.

______

Vivre l’Avent

Chaque semaine vous recevrez une feuille par mail (à lire ici) ainsi que le livret de la «Liturgie à la Maison»
 

___

Neuvaine de prière pour demander au Seigneur 
de nous délivrer du mal de la pandémie 

A l’invitation de Mgr Aupetit, du lundi 30 novembre au mardi 8 décembre, les parisiens sont invités à prendre part à une neuvaine de prière pour nous délivrer du mal de la pandémie. Vous trouverez ici le texte de la neuvaine.

A cette occasion, pour soutenir la prière en famille, nous vous proposons d’acheter, au prix de 8€, un objet de prière qui nous reliera les uns aux autres (en vente à l’accueil d’ici quelques jours).

____

Nuit d’adoration de l’Avent : du samedi 5 (19h) au dimanche 6 décembre (8h)

Inscrivez-vous  vite sur le panneau des horaires 
devant la chapelle de l’adoration !

___ 

Vos crèches-maison en photo

Chaque paroissien ou famille, photographie sa crèche  et l’envoie par mail à la paroisse ou l’imprime. Nous ferons un panneau d’expression ou diaporama à proximité de la crèche de l’église. Il ne s’agit pas d’un concours de la plus belle crèche. C’est une communion.

___ 

Seigneur, pardonne-moi.

La paroisse vous aidera à tourner votre cœur vers Dieu, afin de vous préparer à accueillir  son pardon. Dans la mesure du possible nous prévoyons la soirée du Jeudi 17 décembre 2020 de 19h à 21h15. De toute manière les confessions individuelles restent possibles : mercredi et jeudi de 17h à 18h30, mardi de 19h30 à 20h20, jeudi et vendredi de 19h à 19h30.

______

Nous devions accueillir les reliques de Sainte Geneviève les 14 et 15 novembre derniers : cet accueil pourra avoir lieu les 28 et 29 novembre. Pour rappel, nous célébrons les 1600 ans de la naissance de la Sainte Patronne de Paris. La crise sanitaire et les contraintes qui y sont liées réduisent ce que nous avions envisagé. Il n’en  demeure pas moins qu’accueillir les reliques d’un saint ou d’une sainte est pour une paroisse et pour chacun de nous un signe d’espérance, de profonde communion et de supplication pour demander à Dieu de nous libérer de ce mal qui ronge notre pays et notre monde. Nous pourrons venir vénérer les reliques de Sainte Geneviève :

Samedi 28 novembre de 14h à 18h
Dimanche 29 novembre de 14h à 18h

Un livret de prières sera à votre disposition dans l’église (vous pouvez également le consulter ici), ainsi que des veilleuses qui pourront être déposées prés du reliquaire. Un enregistrement d’un texte de Charles Péguy sera diffusé avant d’être dit à un plus grand nombre lorsque la situation sanitaire sera possible.

Je voudrais par ces lignes préciser le but de la vénération des reliques que nous allons vivre pour éviter les confusions d’ordre magique et en percevoir surtout la portée spirituelle particulièrement en ces moments difficiles que nous traversons dans notre pays. 

La doctrine de l’Église et sa Liturgie présentent les Saints et les Bienheureux qui contemplent déjà « dans la lumière le Dieu Un et Trine ». Ils sont donc :

– des témoins historiques de la vocation universelle à la sainteté. 
– des disciples exemplaires du Seigneur et donc des modèles de vie évangélique. 
– des intercesseurs et des amis des fidèles durant leur pèlerinage sur la terre. 

Il convient de rappeler que le but ultime de la vénération des Saints est la gloire de Dieu et la sanctification de l’homme, grâce au témoignage de ces vies totalement conformes à la volonté divine et par l’imitation des vertus de ceux qui furent d’éminents disciples du Seigneur.

L’expression « reliques des Saints » indique surtout les corps – ou des éléments significatifs de ces corps – de tous ceux qui, par la sainteté héroïque de leur vie, se révélèrent sur cette terre des membres éminents du Corps mystique du Christ et des temples vivants de l’Esprit Saint (cf. 1 Co 3, 16 ; 6, 19 ; 2 Co 6, 16). De plus, les objets qui ont appartenu aux Saints sont aussi considérés comme des reliques : il s’agit des objets personnels, des vêtements, des lettres, et des objets qui ont été mis en contact avec leurs corps ou leurs tombeaux (huiles, morceaux d’étoffe (brandea) et aussi des objets qui ont touché les images vénérées du Saint.

Les différents actes de la dévotion populaire envers les reliques des Saints doivent être accomplis avec une grande dignité, et dans un climat de foi authentique. Parmi les principales expressions de la piété populaire, on peut citer le fait d’embrasser les reliques (ce geste ne pourra pas se faire), de les illuminer et de les orner de fleurs, de les employer pour bénir ou de les porter en procession et aussi de les apporter aux malades pour les réconforter et mettre ainsi en valeur leur demande de guérison