FIP de Saint Antoine de Padoue du 10 mars 2024

Dimanche 10 mars 2024
4ème dimanche de Carême – Laetare

« Le 4ème Dimanche de Carême, le dimanche de la joie »

La mi-carême est désormais passée et l’élan reçu à la messe des cendres peut parfois s’essouffler. Pour vivre la seconde moitié du Carême dans les meilleures dispositions de l’âme, l’Église se fait bienveillante. Elle octroie une merveilleuse pause avec le dimanche de Laetare, célébré chaque année le quatrième dimanche. C’est le dimanche de la joie. Laetare, en latin, est l’impératif du verbe « se réjouir ». Il est issu du texte de l’introït de ce jour : Lætare Jérusalem, Réjouis-toi, Jérusalem, et rassemblez-vous, vous tous qui l’aimez. Soyez dans la joie et l’allégresse, vous qui étiez dans la tristesse, afin d’exulter et d’être rassasiés de consolation. 

Le Carême exige la sobriété des autels (pas de fleurs) et de musique. Ce dimanche-là, pourtant, tout est de nouveau permis le temps d’une messe, pour laisser entrevoir aux fidèles la joie du Christ prochainement ressuscité. Les ornements liturgiques du prêtre sont roses pour l’occasion, ce qui n’arrive que deux fois par an : au dimanche de Laetare et au dimanche de Gaudete (mi-Avent).  

Le rose est ici une combinaison des ornements violets (ceux de la Pénitence) et des blancs (ceux des grandes fêtes du Christ). Le rose, teinte plus claire, marque l’adoucissement de la pénitence par la joie de la fête à venir. L’association de ces deux couleurs rappelle toutefois que la réjouissance est temporaire et que le Carême n’est pas clos. D’ailleurs, nous ne chantons pas d’Alléluia  car c’est un cri de joie que l’on se réserve pour la Résurrection du Sauveur dans la nuit et le jour de Pâques.

Père Sébastien Naudin, curé

_________

Déclaration de Monseigneur Laurent Ulrich

Comment parler de liberté si l’avortement est la seule option promue ?

Il y a bien de la tristesse et de l’amertume à considérer le vote du Parlement réuni en Congrès, pour ce que ce vote traduit finalement : le refus d’accueillir la vie est désormais érigé comme un principe fondamental de la République. Et si l’on méprise ainsi l’enfant à naître, on sait aussi qu’il y a, à l’autre bout de l’existence, des personnes trop âgées, trop seules, trop pauvres ou trop malades, dont on ne manquera pas bientôt de dire – dont on dit déjà ! –  que le geste le plus noble et fraternel serait, pour elles aussi, de précipiter leur fin.

Évêques, nous ne sommes pas les seuls à faire part de notre inquiétude sur ce sujet depuis maintenant des années. Qu’il me soit permis de dire que notre expression, la mienne, n’est pas celle d’hommes qui croient savoir mieux que les femmes quels droits doivent être les leurs et comment elles peuvent les exercer. Bien au contraire, elle est celle de pasteurs qui vivent aux côtés des femmes et des hommes de leur temps ; les souffrances et les angoisses qui traversent leurs vies ne nous sont ni inconnues, ni indifférentes. Ainsi, c’est Simone Veil qui soulignait, il y a cinquante ans, « qu’aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement ».

Avec les citoyens de tous bords qui veulent continuer à porter, au-delà des opportunismes partisans, le témoignage de la dignité indépassable de toute vie, nous croyons aussi que personne, quels que soient ses choix, ne peut ni ne doit être résumé ou réduit à ses actes. Nous considérons qu’il est en revanche de notre responsabilité d’interroger notre société. Comment peut-on parler de liberté si l’avortement est, au fond, la seule option promue ? Devons-nous en rester là et nous satisfaire de cet état des choses ?

Il existe pourtant des alternatives, qui méritent d’être soutenues et valorisées. Depuis des décennies, des croyants et des non croyants se mettent simplement au service des femmes pour les accompagner à travers leur grossesse, qu’elles décident de garder leur enfant ou de le confier pour l’adoption. Je connais des associations qui, avec humanité et délicatesse, accueillent et soutiennent les futures mères en difficulté. Nous pouvons être heureux que de telles initiatives existent : loin d’être des gouttes d’eau dans l’océan, elles sont le signe que d’autres solutions peuvent être pleinement respectueuses du choix des femmes pour leur avenir et celui de l’enfant qu’elles portent.

Évoquer cette notion, centrale, de respect, conduit à s’inquiéter également pour les soignants. Le vote du Parlement réuni en Congrès fait peser une nouvelle menace sur leur liberté de ne pas pratiquer, pour des raisons qui leur appartiennent, une interruption volontaire de grossesse. Nous ne pouvons en effet pas concevoir que demain, un médecin ou une sage-femme puisse être condamné par la justice pour avoir refusé de mettre fin à une vie.

La tristesse et l’amertume que nous éprouvons ne doivent pas nous arrêter. Puisque nous voulons construire dans l’espérance une société toujours plus humaine et vraiment fraternelle, il nous appartient, avec tous les hommes et les femmes de bonne volonté qui ne se résolvent pas à considérer que le progrès ultime réside dans la seule protection des droits individuels, de poursuivre et d’amplifier nos efforts pour accueillir toutes les détresses et faire connaître toutes les options. Parce qu’il n’est de liberté sans choix, ni de choix sans conscience libre.

† Laurent Ulrich
Archevêque de Paris

_________

_________

Dimanche des Rameaux et de la Passion

Samedi 23 mars    
18h Messe (avec bénédiction des rameaux)

Dimanche 24 mars 
10h40 Bénédiction des rameaux square Verdier, procession et messe

Dimanche de Saint-Antoine
12h Déjeuner (tiré du sac)
14h Projection du film « La Passion »

18h  Messe (avec bénédiction des rameaux)

NB : merci d’acheter vos rameaux auprès de la Conférence Saint-Vincent-de-Paul à nos grilles.

_________

Campagne diocésaine du Denier de l’Eglise

Toute l’année, votre paroisse est ouverte et à votre service : sacrements, célébrations et prières, transmission de la foi, accompagnement des familles et solidarité pour les plus démunis. Pour assurer ces missions, des personnes et des moyens matériels sont mobilisés en permanence. 

Ces missions gratuites ont un coût !

Votre don est un geste nécessaire pour la vie de votre communauté paroissiale, soyez-en vraiment remerciés ! (La déductibilité fiscale est toujours de 66%)

Comment faire un don :
Par chèque : à l’ordre de Paroisse Saint Antoine de Padoue – ADP
Sur le site : www.saintantoinedepadoue.fr
Prélèvement automatique : en utilisant le bulletin reçu lors de l’appel (ou sur les présentoirs à l’entrée de l’église)
A la borne (au fond de l’église, près de la statue de Saint Antoine)

Pour les nouveaux ou ceux qui n’ont pas encore donné, vous avez des enveloppes explicatives à votre disposition sur les présentoirs à l’entrée de l’église.

Si vous le pouvez, faites un don dès aujourd’hui !

_________

J’ai le grand plaisir de vous inviter au concert spirituel que je donnerai avec les solistes, le choeur liturgique de Saint-Augustin et l’Ensemble orchestral Confitebor le dimanche 10 mars, avec une oeuvre majeure du répertoire : le célèbre Dixit Dominus de Handel, et la savoureuse cantate 150 (à découvrir…) de Bach. 

Je vous présente ceci en quelques mots :
C’est un compositeur bien jeune qui compose son désormais célèbre Dixit Dominus lors d’un séjour à Rome. Bien jeune mais quel talent ! Émerveillés, nous y voyons le génie de George Frideric Handel, comme il aimera à se faire appeler 30 ans plus tard alors qu’il sera résolument devenu sujet anglais. A 22 ans il prouve sa précoce maestria, sans doute au service du cardinal Ottoboni, un des plus fameux mécènes de la ville sacrée. Il y côtoie entre autres Corelli, Caldara, les Scarlatti père et fils, Pasquini… à Venise il rencontre Lotti, Albinoni, Vivaldi… comment avec un tel entourage ne pas s’imprégner de l’esprit italien tout de flamme et d’envolées ?
Nous présenterons également la cantate 150 « Nach dir, Herr Gott verlanget mich… » Après toi Seigneur, je languis… que Johann Sebastian Bach composa très vraisemblablement bien jeune également, si tant est qu’elle soit bien de sa main. C’est en tout cas ce que nous pensons (on ne prête qu’aux riches !) bien que certains aspects restent déroutants, ce qui ajoute à son charme. Il s’agit de toute façon d’une œuvre exceptionnelle, pleine de sève et qui exprime alors de façon incomparable la Foi, ici dans le contexte luthérien, de celui qui deviendra le Kantor de Leipzig.
La cantate 150 et le Dixit Dominus sont par leur texte tout à fait adaptés au temps du Carême c’est pourquoi nous les présentons maintenant.

Christophe Martin-Maëder, organiste titulaire à Saint-Antoine

_________

Marche de Saint Joseph – Samedi 16 mars 2024

« Apprends nous a prier »

La marche de Saint Joseph s’adresse à tous les hommes désireux de vivre un moment de foi et de fraternité à la suite de Saint Joseph.
Pour ceux qui le souhaitent et le peuvent, nous nous retrouverons à Saint Antoine de Padoue à 12h pour un temps de prière et un repas partagé fraternel avant de retrouver les autres chapitres à l’église Saint Augustin à 14h.
Après un témoignage sur le chapelet nous partirons en procession vers la Basilique du Sacré-cœur pour les Vêpres et une messe célébrée par Monseigneur Antoine de Romanet.
Après un repas partagé,  nous pourrons assister aux complies et à la messe anticipée du dimanche avec les familles qui le souhaitent.
Merci de nous dire si vous êtes intéressés.  
Contact : marchestjoseph@saintantoinedepadoue.fr  

Denis Capron, diacre permanent 

_________

Coeur de femme – Samedi 27 avril 2024

Que vous soyez jeunes filles, jeunes femmes, célibataires, consacrées, mariées, mères de famille, grands-mères… le pèlerinage Coeur de femme est pour vous !

C’est un pèlerinage dans Paris proposé à toutes les femmes d’Ile-de-France, de 13 à 99 ans, sous le patronage de St Geneviève et sur les traces d’une figure féminine parisienne, et même de deux cette année, avec Elisabeth (1764-1794) et Clotilde de France (1759-1802), sœurs de Louis XVI. La statue de Notre-Dame de France sera mise à l’honneur et portée sur un brancard en tête des processions.

Rendez-vous le samedi 27 avril à St Antoine de Padoue à 14H30 pour un temps d’échanges et de prière puis un départ en bus vers St Étienne du Mont.
16h : Rassemblement des chapitres à St Etienne-du-Mont (Ve) 
16h30 : Conférence sur Elisabeth et Clotilde de France par l’abbé Snoek 
18h : Collation tirée du sac 
18h45 : Procession vers Notre-Dame de Paris et prière de consécration de la France au Sacré-Cœur de Jésus et au Cœur immaculé de Marie sur le parvis de ND. 
19h30 : Procession vers l’église Saint-Roch (Ier), paroisse des Tuileries 
21h : Messe suivie de l’adoration eucharistique
Si vous êtes intéressées, prévoir un titre de transport, une collation et une participation libre d’au moins 5€.

Contact : coeurdefemme@saintantoinedepadoue.fr

site : https://coeurdefemmepelerinage.wordpress.com/

Béatrice de Châteaucroc

_________

Pèlerinage paroissial Alençon-Lisieux – 4 et 5 mai 2024

La paroisse organise un pèlerinage le samedi 4 et le dimanche 5 mai prochains à Alençon et Lisieux. Samedi 4 à Alençon : Messe – Visite de la maison familiale Martin, visite guidée de la ville « sur les pas de la Famille Martin » et visite de la Basilique Notre-Dame. Dimanche 5 à Lisieux : Messe – Visite de la Basilique et du Carmel – Temps de prière – Viste guidée de la maison « Les Buissonnets » (sous réserve de réouverture) puis visite de la Cathédrale Saint-Pierre. Pour vous inscrire merci de prendre un flyer au fond de l’église (à coté de la chapelle de l’Adoration). 
Adultes
Chambre double : 195 € – Chambre seule : 210 €
Enfants 
de 4 à 12 ans : 160 € – de 13 à 18 ans : 165 €
Date  limite d’inscription : 15 mars 2024

_________

_________

Déjà + de 160 membres, continuons à installer l’application !

Comme vous avez pu le voir sur les flyers et les affiches dans l’église, la paroisse Saint-Antoine de Padoue, a intégré la communauté d’OClocher depuis le 1er octobre.

OClocher est une application dédiée à l’animation des communautés paroissiales. Elle a pour but de favoriser la continuité des interactions entre les membres de la paroisse, tout en évitant les travers des réseaux sociaux ou messageries bien connus.  

Comment ça marche ?
– https://app.oclocher.fr/  pour y accéder directement depuis un ordinateur, ou télécharger l’application OClocher sur son smartphone.
– rechercher « Antoine » pour trouver plus facilement la communauté de Saint- Antoine de Padoue Diocèse de Paris (ne pas confondre avec celle de Fréjus-Toulon)
– se créer un compte pour pouvoir interagir dans OClocher (adresse de messagerie + mot de passe)
– personnaliser son compte pour être identifiable (nom, prénom, photo, adresse de messagerie, n° de téléphone, fonction)

Pour plus de convivialité, merci à tous ceux qui se sont inscrits de mettre une photo sur votre profil !

_________

Semaine du Marais Chrétien du 9 au 17 mars 2024

_________